Balade avec les Jardiniers de Maubeuge et de la Vallée de la Sambre

Chronique pour « La Sambre » du 10 mars 2023

N° 703

En attendant le printemps, les arbres sont dénudés. L’absence de feuilles nous permet d’observer aisément leurs écorces et de constater à quel point il en existe une grande diversité.

Certaines sont minces et grises comme chez le hêtre, avec de légers plis qui les font ressembler à la peau des pattes d’éléphants. D’autres sont épaisses comme chez le robinier où elles peuvent atteindre jusqu’à 60 millimètres. On trouve même des écorces de 80 millimètres d’épaisseur chez certains peupliers.

Chez le charme, l’écorce est lisse et légèrement grenue. Celle du châtaignier comporte de profonds sillons verticaux. L’écorce du noyer présente une structure entrelacée et celle du chêne-liège, qui ne pousse pas dans nos contrées, est si épaisse et liégeuse qu’on peut y prélever des bouchons.
Comment les arbres font-ils pour ajuster leur écorce à leur tour de taille au fur et à mesure de leur croissance ? La plupart de ceux qui vivent dans nos régions ont une écorce écailleuse qui se desquame progressivement. Par exemple, le chêne et le platane produisent une écorce toute neuve adaptée à leurs nouveaux besoins. D’autres arbres à écorce fine comme le tilleul utilisent une autre technique. Au fur et à mesure de leur développement, ils augmentent la grandeur des cellules qui composent leur écorce. Cela rappelle la publicité de Babygro pour des vêtements de bébés « qui grandissent avec l’enfant » !  

La fonction de l’écorce est de protéger l’arbre des facteurs extérieurs physiques et biologiques comme le vent, la grêle, la neige, mais aussi des dégâts causés par les oiseaux, les insectes et les mammifères. La protection concerne le cambium, c’est-à-dire la partie vivante de l’arbre qui se situe entre le centre en bois dur et l’écorce extérieure.

Les écorces sont vivantes et donc sujettes au vieillissement. Elles épaississent avec le temps. Au fil des années, elles subissent des évolutions liées aux aléas de la nature, par exemple les incendies, mais aussi des agressions telles que les clous plantés par des gens qui confondent arbres et poteaux. Sans compter les tatouages par des humains qui veulent témoigner de la pérennité de leurs amours en infligeant des blessures aux arbres.

Autrefois négligées commercialement, les écorces sont actuellement valorisées dans la construction, sous forme de panneaux isolants, ou encore pour constituer des paillis, comme les écorces de pin. Certaines sont tellement belles qu’elles justifient la plantation de ces arbres pour le plaisir des yeux, comme l’érable « peau de serpent » ou « à écorce de papier ».

Association Les Jardiniers de Maubeuge et de la vallée de la Sambre

Site internet : lesjardiniersdemaubeuge.fr

Les écorces des arbres